· 

UN POINT SUR L'ANNONCE DES REPRISES D'ADOPTION

Comme beaucoup, vous avez sûrement vu passer cette déclaration indiquant que des attestations de déplacement pourront être fournies à partir de ce Jeudi 16 Avril dans le cadre d'une adoption au refuge. Nous souhaitons vous apporter quelques précisions sur la façon dont nous nous positionnons par rapport à cette annonce.

 

Premier point important à préciser : cela ne signifie pas que les refuges sont à nouveau ouverts au public.

 

Ensuite, il faut savoir que cette permission a été donnée suite à la présentation d'un système d'adoption entièrement dématérialisé censé permettre de contrer des abandons et euthanasies massifs. Cette proposition a été faite essentiellement par La SPA de Paris, regroupant 52 refuges, et dont nous ne faisons pas partie. Notre association est indépendante depuis toujours comme plusieurs centaines d'autres qui quadrillent le territoire français.

 

La Confédération Nationale Défense de l’Animal qui regroupe 270 associations adhérentes, dont la nôtre, a lancé une vaste enquête sur le sujet de l’abandon, de la surpopulation possible et de ses conséquences en matière d’euthanasie. La solidarité et l’entraide continuent de jouer en son sein : nous n'enregistrons pas de vague d'abandons, il n'est en aucun cas question d'euthanasie, les animaux sont toujours chouchoutés au mieux par les soigneurs et familles d'accueil et les refuges continuent de se mobiliser pour accueillir les animaux en fin de délai de fourrière.

 

Bien entendu, les animaux ne seront jamais mieux que dans leurs familles adoptives. Mais pour AUDACCE il est hors de question que nous remplacions les habituels protocoles de vérification mis en place avant, pendant et après l'adoption, pour une adoption "sur catalogue" en ligne, sans discussion avec les gens et avec paiement avant rencontre avec l'animal et mise en quarantaine de ce dernier quelques jours avant son départ. Les animaux dont nous nous occupons sont nos protégés, pas des marchandises.

 

Nous voyons en cette période un gros risque d'adoptions non pérennes et craignons un retour des animaux dans les semaines qui suivront la reprise des activités humaines. Car c'est à l'après qu'il faut penser : quand l'adoptant retournera au travail, quand il fera moche dehors, quand les problèmes financiers se feront peut-être malheureusement sentir, quand l'animal se retrouvera seul du jour au lendemain à attendre le retour de ceux qui étaient jusque là présents toute la journée... Il faut anticiper et prévoir tout cela, c'est pourquoi nous serons donc intransigeants et encore plus vigilants quant aux conditions de placement de nos animaux.

 

Mais cette période pourrait aussi être propice aux adoptions réfléchies. L'adoptant imagine cette adoption depuis longtemps, il a le temps de se renseigner pour choisir au mieux le compagnon idéal, il a le temps de le recevoir et de travailler avec lui sur l'apprentissage de la solitude etc... Nous serons ravis de discuter de tout projet d'adoption, de conseiller et de confier l'un de nos protégés si l'un d'entre eux peut s'épanouir auprès de l'une des personnes qui nous sollicite.

 

En conclusion : OUI une dérogation de déplacement est mise en place pour adopter en refuge, NON nous ne croulons pas sous les abandons, NON nous n'euthanasierons pas, OUI l'impact financier va être terrible pour notre association mais NON nous ne céderons pas à la facilité en "vendant" nos protégés en ligne au premier intéressé et sans condition !

 

Soyons tous raisonnables, essayons de garder nos valeurs en cette période compliquée car le sort des animaux dépend toujours autant de nous. Ne cédons pas à la panique, ne les mettons pas en danger !